les tricycles

DE DION-BOUTON

à pétrole ou à vapeur

 

 

 

 

L’entreprise débuta vers 1883 en construisant des chaudières à vapeur qu’elle utilisera sur des véhicules routiers, d’abord des quadricycles puis des tricycles lorsque l’on sut gagner du poids..

 

On passa assez rapidement à la combustion interne avec le pétrole et voici comment le marquis de Dion décrivait ses premières utilisations :

« Quand fut réalisé et mis au point le petit moteur monocylindre, les constructeurs de Puteaux se hâtèrent d’en envisager l’utilisation rationnelle sur un véhicule de transport automobile léger.

De leurs études, naquit le tricycle, qui devait dans les années suivantes consacrer la réputation de la firme automobile de Dion-Bouton et de son merveilleux petit moteur.

Le premier modèle, à gauche, tenait énormément de la bicyclette. Identique pour la partie avant, il ite différait pour l’arrière que par la présence d’un très fort tube transversal, qui supportait à chaque extrémité les deux roues arrière. Deux forts supports brasés sur le tube à sa partie centrale portaient le moteur vertical et le démultiplicateur.

Un pédalier de bicyclette muni d’une roue libre était utilisé pour le départ et pour aider à monter les côtes. En effet, le moteur d’un demi-cheval s’avéra de suite insuffisant ; mais il fonctionnait d’une façon si parfaite, qu’il suffit de le copier en augmentant ses dimensions pour obtenir toute une gamme de moteurs s’échelonnant de 1 cheval à 2 chevaux 3/4, et beaucoup plus par la suite.

En même temps, le tricycle fut amélioré dans la période qui s’écoule de 1895 à 1899, pour devenir un engin tout à fait remarquable qui se couvrit de gloire dans toutes les épreuves auxquelles il participa.

Fabriqué en séries très importantes, il marqua une période de développements considérables pour les usines de Dion-Bouton et contribua à la renommée mondiale de la grande marque de Puteaux.

Le tricycle fut pour le public de cette époque, un instrument d’apprentissage, relativement bon marché, peu onéreux d’entretien et qui familiarisa ses adeptes avec le moteur à pétrole. Il forma une clientèle toute trouvée pour les voitures automobiles qui devaient lui succéder. »

 

Le tricycle à pétrole - par sa simplicité d’utilisation et son caractère sportif - connut un engouement exceptionnel et permit l’envol d’une entreprise qui, une dizaine d’années plus tard, allait devenir le plus important constructeur du monde.

La nouvelle société créée après le départ de Trépardoux, ne pouvant satisfaire toutes les commandes, dut se résoudre à sous-traiter. On fit d’abord réaliser les cadres à l’extérieur par des artisans du vélocipède, puis on leur demanda de monter les mécaniques tout en leur permettant de commercialiser sous leur noms (avec toutefois l’obligation d’apposer une plaque de la marque). Et ce qui était novateur, on permit à tout un chacun d’acquérir des kits à monter soi-même...

 

 

René VILLE             

Amicale de Dion-Bouton    

Haut de page

Commander notre plaquette